Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mains libres – Jeanne BENAMEUR

Publié le par Véronique B.

"Y a-t-il un signe dans le ciel qui indique que quelque part, dans une ville, au milieu de tant et tant de gens, deux êtres sont en train de vivre quelque chose qui ne tient à rien, quelque chose de frêle comme un feu de fortune? "

Madame Lure est une vieille femme comme on en croise sans les remarquer. Dans l'appartement de son mari disparu, elle maintient chaque chose à sa place, tranquille et pour toujours. Elle évite tout souvenir, mais rêve grâce aux brochures de voyages qu'elle étale sur la table de la cuisine. Yvonne Lure entre dans les photographies, y sourit, y vit. Un jour, surprenant les doigts voleurs d'un jeune homme dans le grand magasin, elle se met à le suivre de façon irréfléchie jusqu'à son campement, sous l'arche d'un pont. Qu'ont-ils en commun, Yvonne, celle qui garde, et Vargas, l'errant?

D'une écriture forte et lumineuse, Jeanne Benameur capte comme jamais les destins obscurs de deux parias innocents, tissant entre eux des liens intenses. Ressuscitant des pans de mémoire palpitante, elle aiguise le vide en chacun de nous.

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : *****

Yvonne LURE est une petite personne âgée, effacée, veuve de son état, sans enfant. Elle vit seule, n’a pas d’amis, sort très peu. Son seul plaisir est de rêver à travers les brochures qu’elle se procure dans les boutiques de voyage.

Un jour, en faisant ses courses, elle aperçoit un jeune homme voler une plaque de chocolat. Sans raison et simplement parce qu’elle est intriguée, elle décide de le suivre. Oh ! pas pour le dénoncer, non. Par simple curiosité.

Elle se rend compte, que ce jeune homme vit en bas de chez elle, sous un pont, avec sa tante et son grand-père. Il ne communique que par le biais d’une marionnette.

Petit à petit, ces deux-là vont s’apprivoiser et faire un bout de chemin ensemble.

Leur vie va en être bouleversée.

Toujours autant de plaisir à découvrir les romans de Jeanne BENAMEUR, et surtout son écriture. Le seul petit bémol est que dans celui-ci, à force de pudeur, je n’ai pas très bien compris qu’elles ont été les relations entre Yvonne et sa mère ; Certes, ils n’ont pas été simples, mais à comprendre ce qui s’est réellement passé n’est pas très clair, en tout cas pour moi. Mais cela n’enlève rien à l’intensité de ce livre.

Jeanne BENAMEUR décrit avec acuité la solitude. Pas seulement des personnes âgées, mais également des jeunes à travers le personnage de Vargas qu’Yvonne va rencontrer.

Comme quoi, il suffit de pas grand-chose pour rendre heureux quelqu’un, simplement briser la solitude, parler, communiquer, donner un peu de soi et aller au-delà des apparences.

Commenter cet article