Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Ruban – Ito OGAWA

Publié le par Véronique B.

Une grand-mère fantasque et passionnée d'oiseaux trouve un oeuf tombé du nid, le met à couver dans son chignon et donne à l oiseau qui éclôt le nom de Ruban. Car cet oiseau, explique-t-elle solennellement à sa petite-fille, « est le ruban qui nous relie pour l'éternité ».

Un jour, l'oiseau s'envole et pour les personnes qui croisent son chemin, il devient un signe

d'espoir, de liberté et de consolation.


Ce roman grave et lumineux, où l on fait caraméliser des guimauves à la flamme et où l'on meurt aussi, comme les fleurs se fanent, confie donc à un oiseau le soin de tisser le fil de ses histoires. Un messager céleste pour des histoires de profonds chagrins, de belles rencontres, et de bonheurs saisis au vol.

"Un livre lumineux, tout de douceur, de fantaisie et de poésie... à lire pour se donner du baume au coeur." (Page des libraires)

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : * * * * *

A travers Ruban, perruche Calopsitte que Sumire a trouvé à l’état d’œuf et qu’elle va couver au sein de son doux chignon, coiffé d’un chapeau, on va découvrir les liens qui lient Sumire, (qui veut dire violette) à sa petite-fille Hibari, (qui veut dire alouette).

Mais pas seulement. Ruban va s’échapper et au gré du vent va faire d’autres rencontres. On fera un petit bout de chemin ensemble, juste ce qu’il faut pour que l’on s’attache à chacun d’eux. Quiconque la rencontrera ne peut rester insensible à son contact.  Elle apporte l’apaisement et la sérénité.

« La houppette de la Calopsitte laisse deviner son humeur. En effet, lorsqu'elle est paisible ou concentrée sa huppe érectile est plaquée en arrière. A l'inverse, elle se dresse pour marquer la surprise ou la crainte. Lorsqu'elle a froid, la Perruche gonfle ses ailes. Elle possède une longue queue effilée. Il arrive aussi de rencontrer des sujets qui disent quelques mots. Cousine du cacatoès la Calopsitte possède la capacité de reproduire des sons et des mélodies à la perfection ! » Voilà les informations que l’on trouve sur la Calopsitte si vous consultez Internet.

Personne ne reste indifférent à Ruban, petit être si sensible. Vous aussi vous verserez votre petite larme.

Je vous souhaite de prendre votre envol et comme une plume au gré du vent, de profiter d’un petit moment de bonheur, emplit de sérénité, en lisant ce roman.

Ah ! Chut ! J’entends un léger bruissement… Je vous laisse.

Commenter cet article