Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grossir le ciel – Franck BOUYSSE

Publié le par Véronique B.

Les Doges, un lieu-dit au fin fond des Cévennes. C’est là qu’habite Gus, un paysan entre deux âges solitaire et taiseux. Ses journées : les champs, les vaches, le bois, les réparations. Des travaux ardus, rythmés par les conditions météorologiques. La compagnie de son chien, Mars, comme seul réconfort.

C’est aussi le quotidien d’Abel, voisin dont la ferme est éloignée de quelques mètres, devenu ami un peu par défaut, pour les bras et pour les verres. Un jour, l’abbé Pierre disparaît, et tout bascule : Abel change, des événements inhabituels se produisent, des visites inopportunes se répètent.
Un suspense rural surprenant, riche et rare.    
 
Deux solitudes paysannes. Des secrets de famille comme une bombe à retardement. Les Cévennes, somptueuses et austères. On n'a pas fini d'en parler, le style Bouysse : charnel, racé. D’un rien, il fait un monde. Alain Léauthier, Marianne.

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : * * * * *

Nous sommes dans la France profonde, perdu dans les Cévennes. Deux paysans, Gus et Abel vivent seuls dans la montagne, éloignés l’un de l’autre de quelques centaines de mètres.

Gus décide un jour de rendre visite à Abel et de boire un verre avec lui, en fait de lier leur deux solitude.

Abel ne refuse pas, mais pas le soir où Gus le lui demande. Il a du vague à l’âme.

Une amitié de taiseux va se mettre en place. Ils s’aideront lorsque l’un aura besoin de l’autre. Ils ne se feront jamais totalement confiance.

Un beau jour, des évangélistes débarquent. Que viennent-ils faire là ? Pourquoi ne passent-ils pas leur chemin ?

Bien des choses tracassent Gus. Abel s’en apercevra, mais quel rôle joue-t-il lui aussi ?

Franck BOUYSSE sait y faire. Il nous emmène sur des chemins emberlificotés, on ne voit pas où il veut en venir. Il faut lire jusqu’au bout pour savoir comment tout cela va se terminer. Trop bien !

Enfin, ne vous précipitez pas trop. N’allez pas « Grossir le Ciel » et surtout méfiez-vous du Paradis, qui pourrait être l’enfer.

Commenter cet article