Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Bureau des jardins et des Etangs – Didier Decoin

Publié le par Véronique B.

Empire du Japon, époque Heian, xiie siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa.Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses

viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : * * * * *

Miyuki doit rejoindre le Bureau des Jardins et des Etangs, pour y livrer les carpes promises par son mari, pêcheur de son état, malheureusement mort noyé. Carpes qu’elle portera sur son dos à l’aide d’une palanche. A travers le périple de Miyuki, nous traversons le Japon du XIIème siècle. Nous découvrons les us et coutumes de l’époque, les dangers à chaque coin de rue, la survie des petites gens.

Mais surtout, il y a les odeurs. Sentez, respirez toutes les effluves, les exhalaisons, les fumets du Japon à cette époque, où ce qui importe n’est pas tant l’odeur du corps que la beauté intérieure.

Partant de là, il est sûr que  les corps sentent la crasse, l’urine, la bouse, les étangs… En tout cas pour ce qui concerne le petit peuple, les gens de rien.

Grâce à ce qu’elle est, à son naturel, à sa façon d’être, Miyuki va permettre au vieux maître du Bureau des Jardins et des Etangs, de briller une fois de plus à la Cour, juste avant de partir pour d’autres firmaments.

Humez, humez bonnes gens, venez écoutez la légende de Miyuki, laissez-vous porter par les embruns, les odeurs, les parfums, la mélancolie aussi. Suivez son parcours et partez loin à la découverte d’autres horizons. Un beau voyage.

Commenter cet article