Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cygnes de la cinquième Avenue - Mélanie BENJAMIN

Publié le par Véronique B.

Avec sa silhouette svelte et ses beaux yeux noirs, Babe Paley est la plus recherchée des « cygnes de la Cinquième Avenue », ces femmes de la haute société new-yorkaise des années 1950. Son atout, indéfinissable, est son style. Celle qui incarne l’élégance et ne fréquente que l’élite, des Stuyvesant aux Vanderbilt, fait souvent la une de Vogue ajoutant une touche glamour à un tableau déjà parfait.


Mais ce que personne ne voit, c’est le sentiment de solitude qu’elle laisse dans son sillage, en dépit de sa fortune, de ses nombreuses résidences, de ses enfants, de son mari riche et puissant. Jusqu’au jour où Truman Capote surgit dans sa vie.
Leur amitié est instantanée et fulgurante. Babe trouve chez l’écrivain prodige, aussi génial qu’extravagant, la passion qui manquait à sa vie. Grâce à elle, Truman accède à cette haute société qui le fascine tant. Mais aussi à ses secrets, ses rumeurs et ses scandales, y puisant son inspiration, au risque de trahir son amitié avec Babe...

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : * * * * *

Pauvres petites filles riches, si élégantes, belles, raffinées, si bien mariées… Tout leur réussi, elles sont admirées, enviées, convoitées, de beaux trophées pour leur mari qui les délaisseront. Elles ont été élevées pour ça. Etre parfaites pour leurs riches maris. Mais si seules… Les mœurs n’évoluent pas tant que ça, la preuve en est avec le « Pénélope Gate »

Que se cache-t-il sous le vernis ?

Truman Capote est comme un chien dans un jeu de quille…. Il voudra tout connaître d’elles. Et il saura les amuser, il deviendra leur meilleur ami. Les « cygnes », peu à peu, se confieront. Toutes lui dévoileront leurs secrets les plus intimes.

Il se servira d’elles pour divulguer au public l’intimité de ce monde si « parfait » que tous envi. Il les trahira toutes, même Babe.

Potins, vous avez dit potins. Pour ceux qui sont férus de potins mondains. Les autres, passez votre chemin.

Commenter cet article