Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ragdoll - Daniel Cole

Publié le par Véronique B.

Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi...


Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l'a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.


Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l'inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l'enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l'inspecteur Baxter.


Chaque minute compte, d'autant que le tueur s'amuse à narguer les forces de l'ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.


Le dernier nom est celui de Wolf.

L'avis des Incorrigibles

Note sur 5 : * * * * *

Un polar de très bonne facture, d'autant plus que c'est le premier pour cet auteur.

Un corps, six victimes. Voilà de quoi mettre le service des affaires criminelles de la police de Londres sur les dents.

Le célèbre inspecteur William Oliver Layton-Fawkes, surnommé Wolf, est le policier chargé de l'enquête. Si vous voulez savoir à quoi tient sa célébrité, je vous laisse le plaisir de le découvrir à la lecture de ce bon polar. Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler un iota de l'histoire. Ce serait vous manquer de respect.

Ce crime atroce va donner du fil à retordre à Wolf. D'autant plus, qu'il est pris entre deux feu, entre son ex, célèbre journaliste qui ne le lâchera pas et sa co-équipière, Baxter, et sans oublier ses « vieux démons ».
Edmunds, stagiaire, insignifiant aux yeux de l'équipe, qui vient du service des fraudes fiscales, s'intègre dans ce groupe. Il s'avérera important pour le dénouement de l'enquête.

Beaucoup de suspens et d'intensité à la lecture de ce polar, bien ficelé, moins trash que pourrait le laisser penser le 4ème de couverture. Je vous le recommande chaudement. Je ne l'ai pas lâché, a peine posé le temps d'une nuit, pour le reprendre le lendemain dès mon réveil.

Commenter cet article